• Francúzsky jazyk

Génocide

Autor: Source: Wikipedia

Source: Wikipedia. Pages: 79. Chapitres: Controverse sur le génocide tibétain, Kurt Gerstein, Holodomor, Generalplan Ost, Crimes du régime Khmer rouge, Massacre de Srebrenica, Droits de l'homme au Rwanda, Génocide grec pontique, Raphael Lemkin, Massacre... Viac o knihe

Na objednávku, dodanie 2-4 týždne

19.04 €

bežná cena: 22.40 €

O knihe

Source: Wikipedia. Pages: 79. Chapitres: Controverse sur le génocide tibétain, Kurt Gerstein, Holodomor, Generalplan Ost, Crimes du régime Khmer rouge, Massacre de Srebrenica, Droits de l'homme au Rwanda, Génocide grec pontique, Raphael Lemkin, Massacre des Hereros, Génocide des Serbes sous l'Etat indépendant de Croatie, Tuol Sleng, Porajmos, Génocide en droit pénal français, Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, Massacre des Haïtiens de 1937, Génocide amérindien, Génocide kurde, Les Derniers Assyriens, Massacres de Vrgin-Most, Gendercide, Anthropologie d'un génocide. Extrait: La Commission internationale de juristes (CIJ), dans son rapport prélimaire de 1959, évoque la présomption d'un génocide au Tibet. La CIJ constitua un comité d'enquête juridique sur le Tibet qui conclut en 1960 qu'il existait suffisamment de preuves pour accuser la Chine d'une tentative de détruire les Tibétains en tant que groupe religieux, un acte entrant dans la définition du génocide, interdit par la Convention sur le génocide et la loi internationale en vigueur. La CIJ a confirmé ses conclusions dans son rapport de 1997. Le génocide tibétain n'est cependant pas homologué, selon Bruno Etienne. Si, selon Armeline Dimier, il est bien avéré selon les critères de droit international, il n'est cependant pas reconnu par la majorité des États de la communauté internationale. Sa réalité est en outre contestée par le gouvernement de la région autonome du Tibet. Enfin, l'indépendance et l'objectivité de la CIJ à cette époque ont été remises en question par des révélations sur sa création et son financement. Au Tibet, en 1962 dans un rapport adressé au premier ministre chinois Zhou Enlai, le 10 panchen-lama dénonça un grand nombre de décès en prison et du fait de la famine au Tibet, un rapport soutenant, selon le Tibet Information Network, certaines conclusions de la CIJ. Selon Barry Sautman, les trois régions censées avoir été visitées par le panchen-lama se trouvent dans la préfecture de Haidong, une zone de la province du Qinghai dont la population est à 90 % non tibétaine et ne relève pas du Tibet « culturel ». En 1984, le Gouvernement tibétain en exil déclara que, depuis 1951, plus de 1,2 million de Tibétains avaient péri en raison de l'invasion de leur nation. Il était parvenu à ce chiffre après des années d'analyses de documents, de déclarations de réfugiés, et les conclusions de délégations exilées envoyées au Tibet de 1979 à 1983 D'autres personnalités réfutent le chiffre de 1,2 million de morts mais indiquent des estimations significatives. Ainsi l'historien et j

  • Vydavateľstvo: Books LLC, Reference Series
  • Rok vydania: 2011
  • Formát: Paperback
  • Rozmer: 246 x 189 mm
  • Jazyk: Francúzsky jazyk
  • ISBN: 9781159479602

Generuje redakčný systém BUXUS CMS spoločnosti ui42.